Jeremy Gouama

Responsable d'exploitation logistique, SGD Pharma Sucy-en-Brie 

Pouvez-vous nous résumer votre parcours ?

Titulaire d’un Bac+5 en génie logistique, j’ai occupé, pendant plus de 10 ans, des postes variés dans le secteur de la supply chain et dans différents secteurs d’activité (automobile, cosmétique, emballage, …).Toutes mes expériences m’ont permis de monter en compétences pour apprendre mon métier actuel, responsable d’exploitation logistique que j’occupe chez SGD Pharma, sur le site de Sucy-en-Brie, depuis juillet 2015.  Aujourd’hui, j’accompagne une équipe composée de 17 personnes (2 agents de maîtrise et 15 caristes) dans la préparation de commandes, le stockage des matières premières, les expéditions, ... 

Pouvez-vous décrire votre rôle un peu plus en détail ?

En tant que responsable d’exploitation logistique, je suis en charge de gérer les flux physiques de nos flacons et des réclamations client. Pas besoin d’être expert en logistique, il suffit tout simplement d’être pragmatique, avoir le sens pratique et un goût prononcé pour l’opérationnel. Mon poste requiert cependant beaucoup de rigueur car la logistique reste pointue. Il faut être organisé et tout planifier. Je suis en permanence sur le terrain et c’est ce qui rend mon quotidien captivant. Les relations humaines sont primordiales. Il faut faire preuve d’empathie et d’adaptabilité. Je tiens à rester très proche de mes équipes et vise toujours à améliorer leurs conditions de travail. La formation et le respect des règles de sécurité font également partie de mes prérogatives.

Est ce qu’il y a des réalisations dont vous êtes particulièrement fier depuis que vous avez rejoint SGD Pharma ?

J’applique un management de proximité pour accompagner mes équipes. Connaître mes collaborateurs et comprendre ce qu’il les fait avancer, demande beaucoup d’énergie, surtout quand il s’agit de s’adapter aux comportements de chacun. Par exemple lorsqu’une activité ne fonctionne pas, je réunis tout le monde pour en discuter, et nous réglons ensemble les problèmes. Les salariés testent ce qui a été décidé et me font un débrief régulier. Puis on adapte la méthode si cela ne marche pas. Cette méthode de travail a fait ses preuves sur l’année 2018. Dans l’ensemble, on a réussi à redresser le service mais la tâche n’est pas encore finie. Ma plus grande réussite reste évidemment de faire progresser mes équipes et de les faire monter en compétence.